Beaucoup d’entre nous ont déjà éprouvé des rougeurs, des sentiments nerveux devant une foule. Cependant, être entouré de grands groupes ou simplement de quelques personnes, en général, peut être un cauchemar pour de nombreuses personnes. Cette anxiété extrême est appelée la phobie sociale. Il existe de nombreuses formes de phobie sociale et elle peut affecter même les événements les plus simples de la vie, comme aller à un rendez-vous, parler à des figures d’autorités comme son patron ou même tenir des réunions. L’hypnose est un outil permettant de traiter les problèmes liés à l’anxiété ainsi que la phobie sociale.

Qu’est-ce que la phobie sociale ?

La timidité est une forme courante de peur légère – si elle est légère, elle ne gâche pas vraiment la vie.

Beaucoup d’entre nous s’inquiètent un peu avant de rencontrer de nouvelles personnes mais constatent qu’une fois que nous sommes avec elles, nous pouvons faire face et même profiter du moment.

Néanmoins, il existe ce test qui permet de différencier la phobie sociale d’une grande timidité.

Une phobie est aussi une peur. Nous avons tous peur de choses telles que le vide et les araignées mais, pour la plupart d’entre nous, elles ne nous empêchent pas vraiment dans notre quotidien. Une peur devient une phobie lorsqu’elle nous empêche d’apprécier les choses ou de les faire facilement.

Si vous avez une phobie sociale, vous devenez très anxieux lorsque vous êtes avec d’autres personnes, généralement parce que vous craignez qu’ils puissent vous critiquer et/ou vous avez peur de faire quelque chose d’embarrassant.

Cela peut être si grave que vous ne pouvez pas aimer être avec les gens ou parler devant eux. Vous évitez complètement les situations sociales.

Environ cinq personnes sur cent souffrent d’un certain degré de phobie sociale, les femmes étant deux ou trois fois plus susceptibles d’être touchées.

Il existe deux principaux types de phobie sociale :

Phobie sociale générale

La phobie sociale générale est la craindre du regard de l’autre. Vous avez une sensation désagréable comme si l’on scruté vos faits et gestes au point que boire, manger, parler donner son opinion devient très embarrassant.

Les fêtes peuvent être particulièrement difficiles. Beaucoup de phobiques hésitent un peu avant d’entrer dans une salle pleine de monde cela peut faire croire qu’elles sont claustrophobes.

Les personnes souffrant de phobie sociale restent souvent chez eux pour éviter le contact avec les autres.

Phobie sociale spécifique

Cela affecte les personnes qui doivent être au centre de l’attention dans le cadre de leur mode de vie, telle que les vendeurs, les acteurs, les musiciens, les enseignants ou les représentants syndicaux. Si vous avez une phobie sociale spécifique, vous constaterez peut-être que vous pouvez vous mêler et socialiser avec d’autres personnes sans aucun problème.

Cependant, lorsque vous devez vous lever et parler ou jouer devant les autres, vous devenez très anxieux, bégayez ou vous asséchez complètement. Cela peut affecter même les personnes qui ont l’habitude de parler en public et qui le font régulièrement.

Au pire, cela peut rendre impossible la prise de parole en public, même pour poser une question.

À quoi ressemble la phobie sociale ?

Les sentiments d’anxiété sont similaires pour les deux types de phobie sociale. Vous pouvez ressentir :

  • une inquiétude de vous ridiculiser devant les autres
  • une anxiété incontrôlable avant d’entrer dans une des situations sociales
  • passer en revue, dans les moindres détails, toutes les choses embarrassantes qui pourraient vous arriver
  • incapables de dire ou de faire les choses que vous voulez en face de quelqu’un
  • Besoin de répéter, encore et encore, la scène de comment vous auriez pu vous comporter différemment ou dire des choses différentes.

Les personnes souffrant de ces deux types de phobie sociale présentent également bon nombre des mêmes symptômes physiques. Vous pouvez avoir :

  • une bouche très sèche
  • transpiration
  • le cœur battant
  • palpitations (sensation que votre cœur bat de façon irrégulière)
  • vouloir uriner
  • sensation d’engourdissement ou fourmillements dans les doigts et les orteils (cela se produit parce que vous respirez trop vite).

D’autres personnes peuvent être en mesure de voir certains des signes de cette anxiété – le rougissement, le bégaiement, les secousses et les tremblements.

Ces symptômes peuvent être assez alarmants et aggraver votre anxiété. Cela peut devenir une prophétie autoréalisatrice. Vous vous souciez tellement d’avoir l’air inquiet que vous avez vraiment l’air inquiet.

L’attaque de panique

Avec l’un ou l’autre type de phobie sociale, ces sentiments peuvent se terminer par une attaque de panique.

Il s’agit d’une courte période, généralement de quelques minutes seulement, pendant laquelle vous vous sentez extrêmement anxieux, terrifié à l’idée de perdre le contrôle.

Vous pouvez avoir l’impression de devenir fou ou de mourir. Vous essaierez généralement de sortir de la situation qui l’a provoqué. Ces sentiments atteignent un pic puis disparaissent rapidement, vous laissant faible et épuisé.

Bien que ces attaques soient très alarmantes, elles s’arrêtent d’elles-mêmes et ne peuvent généralement pas vous blesser physiquement.

Comment la phobie sociale peut-elle vous affecter ?

Il peut être très fatigant de souffrir d’une phobie sociale – les autres font les choses facilement quand vous les trouvez impossibles.

Vous craignez peut-être que les autres pensent que vous êtes ennuyeux, fainéant et cela vous rend déprimé et malheureux aggravant peu à peu votre état psychologique et physique.

De plus, votre façon de réfléchir encore et encore à une situation sociale, avant, pendant et/ou après, a tendance à vous faire vous concentrer sur les « échecs » passés. Cela renforce votre habitude de trop scruter votre comportement et de vous critiquer.

De nombreux malades s’en sortent en organisant leur vie en fonction de leurs symptômes.

Ils ne peuvent pas se rendre à l’école de leurs enfants, ni faire les courses, ni aller chez le médecin. Ils peuvent même activement éviter une promotion au travail, même s’ils sont tout à fait capables d’exercer un travail mieux qualifié et mieux rémunéré.

Environ la moitié des personnes atteintes d’une phobie sévère, auront des difficultés à établir des relations à long terme.

Qu’est-ce qui cause la phobie sociale?

Il n’y a pas une seule chose qui cause le trouble d’anxiété sociale. La génétique a probablement quelque chose à voir avec cela : si vous avez un membre de votre famille atteint de phobie sociale, vous êtes également plus à risque de l’avoir. Cela pourrait également être lié à une amygdale hyperactive – la partie du cerveau qui contrôle votre réaction de peur.

Le trouble d’anxiété sociale apparaît généralement vers l’âge de 13 ans. Cela peut être lié à des antécédents d’abus, d’intimidation ou du harcèlement scolaire. Les enfants timides sont également plus susceptibles de devenir des adultes socialement anxieux, tout comme les enfants dont les parents sont autoritaires. Si vous développez un problème de santé qui attire l’attention sur votre apparence ou votre voix, comme le bégaiement, l’acné, l’orientation sexuelle cela pourra également déclencher une anxiété sociale.

Phénomène Hikikomori

Le phénomène Hikikomori sont des individus qui refusent de quitter la maison, ne vont pas au travail ou à l’école et s’isolent de la société et de la famille dans une chambre individuelle pendant une période supérieure à six mois

Ce phénomène est étroitement lié à la phobie sociale. Les personnes ressentent un sentiment d’être dépassées par la société moderne, un détachement psychologique extrême du monde social.

Les problèmes de retrait social extrême entrainent généralement une dépression, une phobie sociale et l’agoraphobie.

Les traitements de la phobie sociale

Il existe plusieurs façons d’aider les personnes atteintes de phobie sociale. Ceux-ci peuvent être utilisés seuls ou ensemble, selon vos besoins.

Par vous-même

  • Si vous êtes naturellement timide, vous trouverez peut-être utile de suivre un cours local de confiance en soi ou d’affirmation de soi.
  • Apprenez quelques techniques de relaxation – vous pouvez le faire à partir de livres, d’enregistrement.
  • Notez les pensées automatiques que vous avez sur vous-même et les images de vous-même qu’elles évoquent dans votre esprit. Une fois que vous avez fait cela, il peut être plus facile de commencer à les changer.
  • Essayez d’écouter davantage ce que les autres disent, plutôt que ce que vous vous dites dans votre tête.

Phobie sociale et hypnose

L’hypnose est un état naturel de calme profond et de relaxation dans lequel l’accent est mis sur l’esprit et le corps. Pendant l’état calme et détendu, la projection future négative ou les soucis passés sont levés. L’imagination est renforcée et la présence et la conscience sont améliorées. L’hypnose crée un état dissociatif qui fournit un point de vue observateur. Il devient plus facile de séparer la réalité de la pensée perturbée.

Selon un article du Journal Clinique de l’Hypnose, les approches d’hypnose se sont avérées utiles pour restaurer les capacités d’adaptation et les sortir de l’état anxieux.

Il existe plusieurs techniques pour briser l’état d’anxiété avec l’hypnose. Les voyages d’imagerie sont l’une des techniques les plus puissantes car ils font ressortir ses propres ressources et créent une force intérieure. Une autre technique hypnotique peut être de revivre certaines situations qui ont créé de l’anxiété dans le passé et ainsi en réduisant progressivement l’anxiété sous l’état hypnotique, on peut lentement s’engager dans des défis qui restaureront à nouveau ses capacités de socialisation.

Une technique hypnotique bien connue consiste à comprendre la source du problème et la toute première fois où quelqu’un a ressenti ce sentiment d’infériorité. Sous hypnose, il est plus facile d’observer de vieux souvenirs et de les comprendre sans aucun jugement. En donnant un sens à ces souvenirs et en créant de nouvelles capacités d’adaptation, on peut contrôler l’état d’anxiété.

Si vous avez des comportements d’anxiété et d’évitement extrêmes, il peut être judicieux de demander de l’aide. Une phobie sociale non détectée entraînera davantage de comportements d’évitement jusqu’à ce que vous souffriez vraiment dans votre vie quotidienne. Demandez à votre médecin d’en savoir plus et de faire votre choix ! Vous pouvez soit essayer l’hypnose en complément de la psychothérapie pour obtenir des résultats meilleurs et plus rapides. Vous pouvez également travailler avec un hypnothérapeute avec l’approbation de votre psychothérapeute agréé.

En fin de compte, tout cela en vaudra la peine. Vivre avec l’anxiété et la peur est toxique et désagréable pour tout le monde mais garder en tête qu’il y a une solution !

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

10 personnes ont déjà voté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.