Se développant particulièrement d’année en année, l’hypnose thérapeutique intrigue et amène toujours de nombreuses questions. Et pour cause, les différentes émissions de spectacle n’aident pas à se faire une idée précise de ce qu’apporte la pratique.

Dans cet article, nous allons tenter de répondre à vos questions et doutes, en définissant l’hypnose, en vous présentant ces différentes applications et enfin en vous indiquant les écoles où se former.

C’est quoi l’hypnose ?

L’hypnose est un état particulier dans lequel le sujet est plongé dans un état ressemblant au sommeil avec une conscience modifiée par rapport à la normale. Dans cet état, la réceptivité et la réactivité de l’individu sont accentuées et les perceptions intérieures prennent généralement le dessus sur la réalité extérieure.

Pour simplifier, le cerveau humain fonctionne de manière inconsciente pour certains actes de la vie quotidienne, par exemple la respiration, la marche, etc. L’hypnose va permettre d’accéder à ce côté inconscient pour l’exploiter pleinement.

L’état de conscience modifiée, appelé aussi transe, peut être atteint grâce à un professionnel, mais aussi pour nous-mêmes, grâce à l’auto-hypnose. Il est fréquent d’atteindre un état hypnotique lorsque l’on visionne un film, au volant d’une voiture, ou lors d’un trajet quotidien à pied quand notre esprit vagabonde. On focalise alors son esprit sur une pensée particulière et la notion du temps nous échappe alors.

Histoire

L’hypnose semble apparaitre au 18e siècle avec le médecin Franz Mesmer. Il travaillait avec ses patients sur ce qu’il appelait un « fluide animal ». Son objectif étant de mobiliser ce fluide particulier. La communauté scientifique, réfractaire à cette époque, ne tarda pas à émettre des réserves face à cette étrange pratique dans laquelle Mesmer utilisait des aimants, des notions de magnétisme, et promettait des guérisons miracles.

En 1784, cette nouvelle médecine fut classée comme « médecine d’imagination ». Et même si certaines expériences ont prouvé la véracité de la technique, comme une anesthésie grâce à un sommeil hypnotique, force est de constater que les préjugés avaient la vie dure. Chaque manifestation étant attribuée à des délires ou à des simulations de la part des patients.

Vers la fin du 19e siècle, le neurologue Jean Martin Charcot mène des études impliquant l’hypnose sur ses patientes hystériques. Il en conclut que cet état est pathologique puisqu’il retrouve dans l’hypnose des manifestations de l’hystérie. D’autres médecins, à l’instar de Hippolyte Bernheim, professeur de médecine à Strasbourg, et Ambroise Liébault, considèrent l’hypnose comme une simple technique de suggestion que l’on peut réaliser sur tout un chacun.

Deux courants s’affrontent donc : ceux qui pensent que l’hypnose est un état spécifique du cerveau en dehors de tout sommeil ou veille, et d’autres qui pensent que l’hypnose est un mode particulier du cerveau dans son état de veille normal.

En psychiatrie, l’hypnose n’avait pas réellement de place non plus, puisque Sigmund Freud la jugeait bien trop dangereuse pour être utilisé en thérapie.

Au fil du temps, plusieurs expérimentations ont eu lieu dans le cadre hospitalier. C’est ainsi que L.Chertok essaya de quantifier les effets de l’hypnose sur ses patients, notamment dans le cadre d’anesthésie. Cependant, les résultats étaient peu objectifs, puisqu’aucune mesure probante n’avait lieu. Il était fréquent, au cours du 20e siècle, que des médecins utilisent l’hypnose comme technique analgésique et anesthésique, et ce alors qu’il n’y avait aucun consensus de la communauté médical. Ainsi l’anesthésiste Marie-Elisabeth Faymonville, l’utilisa sur bon nombre de ses patients à partir de 1993.

De nos jours

Une étude parue en 2000, incluant 241 patients volontaires, décrit les effets positifs de l’hypnose sur les niveaux douloureux ou encore sur l’anxiété ressentie. De nos jours, on utilise fréquemment l’hypnose pour le traitement des douleurs chroniques. Les centres de traitements de la douleur travaillent généralement avec des hypnothérapeutes, et des milliers de patients ont été traités avec une approche hypnotique. Bien sûr ce traitement ne remplace pas un traitement pharmacologique classique, mais permet une approche complémentaire.

On sait maintenant, grâce à l’imagerie cérébrale (IRM) apparue dans les années 1980, que l’hypnose agit directement sur le cerveau, puisqu’un cerveau sous hypnose ne réagit pas de la même façon qu’un cerveau en état de conscience normale. Cette preuve scientifique a permis de poser des bases et de donner une crédibilité scientifique à l’hypnose, jusqu’alors peu reconnue.

Actuellement, l’hypnose est utilisée pour compléter un large éventail de thérapie, et est considérée comme une approche complémentaire. L’hypnose va permettre de placer le patient dans un état où il sera beaucoup plus réceptif aux diverses suggestions énoncées par le thérapeute, quel qu’il soit.

Les différents types d’hypnose

Il existe différentes type d’hypnose, vous trouverz ci-dessous une description des plus courantes.

Hypnose Ericksonnienne

L’hypnose Ericksonienne fondée par le psychiatre et psychologue américain Milton Erickson, est une thérapie dite brève. Elle va avoir pour but de faciliter l’accompagnement, en permettant à l’inconscient d’aider le conscient à résoudre les problèmes qui ont amené à la consultation. L’inconscient est alors stimulé par hypnose.

Cette forme d’hypnose se base sur le fait que l’individu possède en lui toutes les ressources nécessaires à sa guérison et à la résolution de problèmes. Le sujet participe alors activement à la séance.

Hypnose Humaniste

L’Hypnose Humaniste est une technique particulière puisque les procédures habituelles ont été inversées. En effet, alors qu’il s’agit d’habitude d’ « endormir » le patient, ensuite de procéder à la thérapie, puis de réveiller la personne à la fin de la séance, l’hypnose humaniste consiste à inverser le processus et à commencer par « réveiller » le sujet. La personne atteint alors un « état de conscience augmentée » avant même d’être en état de transe hypnotique.

L’individu réveillé, mais en état de conscience normale, va se trouver alors dans un état de transe, de la même manière qu’avec une méthode plus classique.

On pourrait comparer l’hypnose humaniste à de la méditation en pleine conscience. En effet, la personne prend totalement conscience d’elle-même et parvient à communiquer avec son inconscient.

Hypnose Elmanienne

L’hypnose Elmanienne est une technique d’induction rapide qui permet de placer en état de transe hypnotique en moins de quatre minutes. Le but étant de contourner rapidement le « facteur critique » (protection du subconscient, qui va filtrer les idées reçues et analyser si elles sont valables ou non) pour atteindre une transe hypnotique profonde et être particulièrement réceptifs aux suggestions. Le facteur critique est contourné par divers procédés et notamment l’utilisation de l’imaginaire. 

Hypnose Holistique

L’hypnose Holistique consiste en une combinaison de nombreuses thérapies d’hypnose déjà existantes. Ces différentes techniques sont associées à des innovations propres à chaque thérapeute, le but étant de maximiser l’efficacité chez les individus lors de la séance d’hypnose.

L’hypnose Holistique s’utilise principalement avec des symboles que l’inconscient arrive à capter, contrairement au conscient.

Hypnose Quantique

L’hypnose quantique est une approche dite « Holistique ». Selon l’hypnothérapeute Gaston Brosseau, elle vise à redonner de l’importance à l’individu. L’objectif étant que la personne prenne conscience qu’il ne représente qu’une partie infime du monde, mais qu’il est également la personne la plus importante de ce monde ! 

L’individu remet alors en cause sa propre réalité et résonne différemment. L’affirmation du « je » revêt une importance particulière.

Hypnose Directe

L’hypnose directe est la technique la plus classique et la plus ancienne, puisqu’elle existe depuis près de 200 ans. Elle constitue la base de toutes les autres méthodes et s’utilise dans des spectacles pour son côté très théâtral.

Elle est appelée hypnose directe puisqu’elle se base sur des instructions directes, simples et claires. Le thérapeute se place alors en donneur d’ordre, l’objectif étant par exemple de remplacer une information inefficace dans l’inconscient du sujet.

Hypnose Nouvelle

L’hypnose nouvelle a été définie par le professeur D. Araoz, et se différencie de l’hypnose traditionnelle en de nombreux points, et notamment en ce qui concerne :

  • La collaboration du patient
  • Les suggestions
  • L’utilisation de certaines stratégies appartenant aux TCC (thérapies cognitivocomportementales)
  • L’apprentissage de l’autohypnose au patient

L’objectif de cette thérapie est de permettre à l’individu de devenir autonome dans sa résolution de problèmes, afin qu’il n’ait plus besoin par la suite de recourir à un thérapeute.

Hypnose Conversationnelle

L’hypnose conversationnelle est une forme particulière d’hypnose, car elle ne nécessite pas de transe hypnotique. En effet, l’objectif va être d’induire des changements tout en communiquant simplement avec le patient.

Cette forme d’hypnose est particulièrement pratiquée dans le corps médical: infirmières, médecins, urgentistes. 

Hypnose Sajece

L’hypnose Sajece est une technique dite d’hypnose douce. L’objectif est d’amener l’inconscient à effectuer lui-même les réparations dont la personne a besoin, et lui permettre de résoudre les problèmes tout seul. L’hypnothérapeute va utiliser des histoires douces et des contes guérisseurs dans lesquels sont cachés une multitude de messages plus ou moins subtils.  C’est grâce à ces derniers que l’inconscient parviendra à représenter votre enfant intérieur (entre 6 ou 7 ans) pour ainsi amener des changements positifs dans la vie du sujet. 

La différence entre l’hypnose et d’autres pratiques

C’est une question courante que la plupart d’entre nous se posent tout en cherchant des options pour améliorer notre vie. Bien que ces deux termes sonnent à peu près de la même façon, chacun représente une signification entièrement différente, la relation commune entre les deux étant qu’ils se réfèrent tous deux à des façons de modifier l’état de l’esprit. Alors, quelle est exactement la différence entre ces deux termes?

Différences avec les pratiques « psys »

L’hypnose est une thérapie dite « brève ». L’accompagnement dure en règle générale quelques séances, en fonction de chacun, de son problème, ou encore de son histoire de vie. La thérapie va s’orienter vers la recherche de solutions par le personne.

A contrario, les thérapies « psy » (psychologue, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute) vont s’orienter principalement sur le problème, afin d’en connaitre la nature et pouvoir le résoudre.

Il est relativement fréquent que ces approches soient complémentaires.

Différence avec la sophrologie

On considère souvent l’hypnose comme une base à la sophrologie. En effet, les deux techniques utilisent une modification de l’état de conscience et la visualisation. La voix est également le support qui permet d’accompagner le patient dans les deux techniques.

Toutefois on note quelques différences. La sophrologie a pour but de donner plus d’autonomie au patient, qui peut alors pratiquer quotidiennement. La sophrologie s’intéresse principalement au conscient, au contraire de l’hypnose qui elle s’intéresse surtout à l’inconscient. 

Différence hypnose Ericksonienne et Humaniste

Si l’objectif final est le même, l’hypnose Ericksonienne et Humaniste se différencient :

Tout d’abord, la personne est beaucoup plus éveillée et consciente pendant une séance d’hypnose humaniste que pendant une séance d’hypnose Ericksonienne.

On parle en hypnose Humaniste, de conscience augmentée, puisque le but est d’amener la personne à un éveil encore plus éveillé que celui dans lequel elle se trouve, pour lui permettre de prendre conscience des solutions qui existent face à son problème.

Pour l’hypnose Ericksonienne, le patient va être dans une éveille de son inconscient, pour ainsi trouver lui-même les resources, les solutions et les réponses face à sa difficulté.

Différence hypnose et PNL

L’hypnose et la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) sont des techniques similaires, mais qui présentent malgré tout plusieurs différences.

Les objectifs diffèrent : si l’hypnose a pour but de lier le conscient à l’inconscient, la PNL quant à elle cherche à reproduire les comportements positifs de l’individu. L’hypnose va donc s’attarder sur l’inconscient, tandis que la PNL travaillera plus avec le conscient.

La PNL va également proposer diverses techniques faciles à apprendre pour que l’individu comprenne son problème. L’hypnose au contraire va se baser sur le lâcher-prise et la passivité pour permettre au sujet de trouver des solutions.

Différence hypnose et EMDR

L’EMDR (« Eye Movement Desesitization and Reproccessing, en français « intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ») et l’hypnose sont similaires sur un point en particulier : le mouvement des yeux lors d’une séance.

Toutefois, alors que l’EMDR se fait sur un patient en état de conscience, l’hypnose le place généralement dans un état de conscience modifiée pour avoir accès au subconscient. Le thérapeute va alors guider le sujet par la voix. Tandis que dans l’EMDR, seuls les mouvements oculaires sont utilisés et le patient peut laisser libre cours à ses pensées.

Différence hypnose et méditation

La méditation a besoin d’une participation active du sujet. Il doit s’impliquer, faire des efforts pour élever sa conscience à un plus haut niveau. L’hypnose, pour opérer un changement, propose au contraire à l’individu d’être passif et de laisser faire son thérapeute ou son environnement.

Chacune de ces pratiques peut apporter un mieux-être au patient et leur approche est complémentaire, puisque l’une est générale tandis que l’autre est plus ciblée sur un problème en particulier.

Différence hypnose et kinésiologie

L’hypnose, comme nous l’avons vu, va agir directement sur le subconscient pour induire un ou plusieurs changements.

La kinésiologie consiste, elle, en une méthode basée principalement sur une approche globale du corps humain. Elle repose sur un test de l’ensemble de la musculature, qui peut donner plusieurs informations sur l’état de santé du sujet. L’objectif va être de renforcer ou de rétablir l’équilibre du corps.

Différence auto-hypnose et méditation

L’auto-hypnose et la méditation sont relativement similaires, notamment en ce qui concerne la méditation guidée.

Une des différences majeures que l’on peut observer c’est la finalité. En effet, lorsqu’on pratique l’auto-hypnose, il y a généralement une finalité, que ce soit pour avoir plus de confiance en soi, pour réduire son anxiété, etc. Au contraire lorsque l’on pratique de la méditation, il n’y a pas de but particulier, si ce n’est de vider l’esprit de toutes pensées. Différentes étapes peuvent ainsi aider, la principale étant de se concentrer sur un objet ou une chose en particulier.

Hypnose de spectacle

L’hypnose de spectacle est bien différente de l’hypnose pratiquée en consultation, et peut amener parfois à des pensées erronées, voire à un désaveu de la communauté scientifique et médicale. Ce genre de pratique n’a rien de thérapeutique, mais peut s’avérer être une excellente source de divertissement.

Dans les spectacles d’hypnose, l’hypnotiseur va utiliser des techniques d’induction rapides, et parfois instantanées si la personne est très réceptive. D’autres mécanismes viennent aider l’artiste, notamment : l’effet de groupe, la préparation mentale des sujets avec qui il va travailler, la survalorisation de l’artiste qui démontre qu’il possède quelque chose de spécial, le choix des personnes qui vont être hypnotisées.

Bien évidemment, l’hypnose de spectacle se trouve grandement facilitée, car l’artiste peut choisir les personnes les plus réceptives avant de commencer son spectacle. Les personnes réceptives sont généralement les plus émotives et qui possède un bon degré de désinhibition. Ainsi, des tests de suggestibilité seront pratiqués sur le public pour sélectionner les personnes les plus réceptives.

Messmer, nom de scène emprunté au magnétiseur allemand Franz-Anton Mesmer, est un des artistes hypnotiseurs le plus connus du moment. Pratiquant l’hypnose depuis son enfance, sa carrière a connu une envolée spectaculaire ces dernières années et ses spectacles se jouent à guichets fermés.

Hypnose de rue

L’hypnose de rue consiste à pratiquer cette technique sur des inconnus dans la rue et dans les lieux publics. L’objectif de cette technique est avant tout de pousser l’hypnotiseur à ne pas se reposer sur ses acquis et à améliorer toujours plus sa technique. En effet, dans la rue la pratique s’avère bien plus compliquée à cause du bruit, des piétons, des voitures, etc. La relation que l’hypnotiseur doit construire avec le sujet n’est donc pas chose aisée et tous ces éléments perturbateurs peuvent venir la perturber. L’hypnose de rue va permettre également de confronter sa technique à un grand nombre de personnes, et cherche à créer une connexion rapide avec le sujet pour être le plus efficace possible.

Le créateur de cette technique un peu particulière se nomme Jean-Emmanuel Combe. Il a eu l’idée en 2008, devant le manque d’informations concernant l’apprentissage de l’hypnose, de développer ce concept. Il s’est aujourd’hui développer partout en France où de nombreux professionnels s’y retrouvent pour échanger. Beaucoup de personnes s’intéressent alors à cette technique, qui permet de développer de nouveaux outils, rapides et efficaces sur un grand nombre de sujets.

Hypnose pour qui ?

Les adultes

L’hypnose permet de résoudre divers problèmes chez l’adulte, l’arrêt du tabac, la dépression, le burn out, les stress post-traumatiques, la perte de poids, les phobies, le stress, l’anxiéte, le deuil, les insomnies, les addictions, les crises d’angoisses, les chocs émotionnels… Mais aussi développer et améliorer des compétences: confiance en soi, prise de parole en public, gestion des émotions…

Moins connue que pour une utilisation chez les adultes, l’hypnose peut être bénéfique chez les enfants et leur permet de faire face aux difficultés qu’ils peuvent rencontrer.

Particulièrement utilisée à des fins de confort dans les milieux hospitaliers, elle peut aussi servir pour traiter divers troubles : pipi au lit (énurésie), problèmes de concentration, timidité, séparation des parents, cauchemars, manque d’assurance, peur de la mort, l’agressivité… et apprendre aux parents plusieurs exercices à faire à la maison. 

Certains enfants sont assez matures pour pratiquer l’auto-hypnose. Toutefois, la plupart du temps, les techniques proposées diffèrent de celles des adultes. Les petits enfants travaillent le plus souvent sous forme de jeu, ce qui permet de créer un lien de confiance entre l’enfant et l’hypnothérapeute. Ainsi, la communication n’en sera que facilitée.

Les adolescents

Les adolescents vivent des moments bouleversants tout au long de ces années charnières. Il peut parfois être difficile pour eux de s’exprimer clairement et de surmonter les difficultés du quotidien. L’hypnose est donc tout particulièrement indiquée et leur permettra de trouver les ressources nécessaires pour dépasser leurs troubles.

Notons que diverses études ont démontré que les adolescents possédaient une sensibilité supérieure aux adultes en ce qui concerne leur réponse à l’hypnose.

L’hypnose va permettre d’accompagner petit à petit le processus de maturité de l’adolescent. Elle lui permettra de surmonter ses problèmes, d’atteindre ses objectifs et d’accéder à un monde rempli de rêverie où tout sera possible. On va donc préconiser l’hypnose pour le manque de confiance en soi, la timidité, la préparation aux examens…

Les animaux

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, l’hypnose peut être utilisée sur les animaux ! C’est le cas des chiens, les chevaux, les poules et les chats. Les techniques s’appliquent sur eux, et peuvent être enseignées aux propriétaires. L’hypnose permettra à ces derniers de créer un état où l’animal se sentira détendu et calme face à des situations de stress comme les compétitions, un voyage ou un déménagement…

D’ailleurs, les traitements concerneront principalement les chiens dans un état de stress permanent, ou qui souffrent d’anxiété de séparation par exemple. L’hypnose n’étant pas adaptée aux chiens agressifs.

Pour l’heure, aucune étude scientifique n’a démontré l’efficacité de l’hypnose chez les animaux. Toutefois, de nombreux propriétaires ont déclaré que cela fonctionnait. De plus, il semble que l’hypnothérapie était particulièrement utilisée chez les chiens avant d’être utilisée chez les hommes. Il n’existe d’ailleurs aucune contre-indication à pratiquer !

Les tarifs

Bien qu’étant une pratique particulièrement intéressante, les tarifs d’une séance d’hypnose peuvent être un frein à une pratique régulière.

Sachez tout d’abord que les tarifs sont totalement libres, chaque praticien peut ainsi fixer les siens. En moyenne, comptez entre 70 à 130 euros pour une séance d’une heure. Les prix étant bien sûr plus élevés en région parisienne qu’en province, avec en moyenne 15 à 20 euros de plus par séance.

En comparaison avec les prix d’autres médecines douces, on observe que ces derniers se trouvent dans la moyenne. De plus, le nombre de consultation est en général réduit par rapport à ces alternatives (4 à 5 séances).

Enfin, notez que la plupart des hypnothérapeutes proposent des tarifs réduits pour les étudiants, et les personnes en difficultés.

Les remboursements mutuelles

En ce qui concerne les remboursements, tout dépend de si l’hypnothérapeute est un médecin ou non. Si tel est le cas, alors les remboursements peuvent s’effectuer

Une séance d’hypnose peut être remboursée si elle est prescrite dans le cadre du parcours de soins coordonnés.

Des mutuelles prendront en charge les séances selon diverses modalités : forfait par séance ou encore forfait annuel.

Les contre-indications

L’hypnose peut s’utiliser pour une multitude d’indications. En revanche, elle est totalement déconseillée pour les personnes atteintes de troubles psychotiques graves : schizophrénie, paranoïa, maniaco-dépression…

Les personnes atteintes de bipolarité, qui consomment des drogues dures ou de l’alcool quotidiennement, devront l’utiliser avec précautions et parcimonie.

Auto-hypnose

L’auto-hypnose va permettra d’accéder à un état de conscience modifié, par ses propres moyens. Sans thérapeute, vous pouvez guider directement votre esprit et vous adresser à votre subconscient. On peut alors formuler des suggestions ou procéder par des visualisations.

Comme l’hypnose classique, l’auto-hypnose va permettre d’agir sur différentes situations : anxiété, douleur, troubles dépressifs, troubles du sommeil, phobies…

Pour atteindre un état de conscience modifié, on peut utiliser des suggestions thérapeutiques qui permettront de connecter le corps et l’esprit. L’auto-hypnose nécessite de bien se connaitre, et d’avoir une certaine maitrise de son corps. Pour débuter, il est utile d’être encadré par un professionnel ou d’utiliser un enregistrement audio. Cela permettra de vous familiariser à la technique.

Il existe également de nombreux guides disponibles en ligne, qui peuvent vous aider à vous lancer.

Hypnose médicale

Médecin

L’hypnose peut être utilisée par les médecins traitants et les spécialistes pour servir à: 

  • Contrôler la douleur : soulagement de la douleur causée par les brûlures, l’accouchement, le syndrome du côlon irritable, la fibromyalgie, les problèmes d’articulation temporo-mandibulaires, et les maux de tête.
  • Soulager les symptômes des bouffées de chaleur associées à la ménopause, à une sudation excessive, et à des palpitations.
  • Modifier certains comportements : traitement de l’insomnie, l’énurésie nocturne, le tabagisme et la suralimentation.
  • Réduire effets secondaires des traitements comme le cancer.
  • Réduire symptômes de l’anxiété, de phobies et de stress post-traumatique.

L’hypnose peut également être utilisée dans le cadre d’un programme complet pour cesser de fumer, perdre du poids.

Bloc opératoire

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, l’hypnose peut être utilisée pour pratiquer des opérations et éviter d’anesthésier le patient. En fait, elle remplace carrément l’anesthésie chirurgicale.

Ainsi, en 2018, le CHU de Lille a réalisé une opération du cœur sur un octogénaire qui était sous hypnose. Habituellement réalisé sous anesthésie locale ou générale, le remplacement de la valve aortique s’est fait sans encombre.

Et les opérations sous hypnose se multiplient ces dernières années, en France comme en Europe. Rien d’étonnant, puisque ces dernières permettent d’éviter les effets secondaires de l’anesthésie et impliquent des procédures moins lourdes et moins complexes. 

Régulièrement l’hypnose est donc associée à une anesthésie locale et à une légère sédation qui aide le patient à se détendre. Elle est appelée l’hypnosédation.

Opération des enfants

À l’hôpital, l’hypnose se pratique également chez les enfants. Elle s’utilise notamment pour réduire le stress préopératoire.

En effet, l’hypnose dite « conversationnelle » va permettre de stimuler l’imaginaire des enfants, et de l’utiliser pour réduire leur stress. L’hypnothérapeute, ou les équipes soignantes formées en hypnose vont mettre l’enfant en confiance et le placer dans un contexte rassurant.

Le but principal de cette technique est de faire oublier à l’enfant le bloc opératoire et ce que cela implique. Pour les adolescents, un peu plus réfractaires, un casque de réalité virtuelle peut être utilisé. Grâce à l’hypnose, les médicaments et les effets secondaires peuvent être réduits.

Hypnoanalgésie

Comme nous l’avons vu, l’hypnose peut être utilisée pour réduire la douleur. Différentes techniques sont à disposition de l’hypnothérapeute. Certaines se basent sur des exercices de visualisation ou de transe hypnotique qui auront pour but de détendre le patient ou encore de remplacer la sensation de douleur par quelque chose de plus agréable, tandis que d’autres nécessitent même l’utilisation de ce que l’on appelle un coma hypnotique.

Il peut aussi proposer une technique dite d’ « amnésie de la douleur », qui pendant un temps donné vous fera oublier ce qu’est la sensation douloureuse.

Chez le dentiste

Beaucoup de personnes ont peur du dentiste souvent lié à des phobies comme celle de l’aiguille, de vomir, du sang ou encore la peur des bruits.

L’hypnose se développe dans se secteur pour permettre de détendre les patients, éviter anesthésie local et ainsi limiter les effets secondaires de ce dernier.

N’hésitez pas à parler de votre peur à votre dentiste pour qu’il puisse s’adapté au mieux.

Hypnose et neurosciences

Les neurosciences s’intéressent de plus en plus à l’hypnose ces dernières années et tentent d’en décrypter son fonctionnement.

Une étude IRM a révélé que l’état d’hypnose se voit précisément sur les images de l’examen. Ainsi, lorsqu’un patient est sous état d’hypnose, les zones actives du cerveau sont supérieures en comparaison d’un travail de réflexion !

On observe sur les clichés :

  • Que le réseau de l’attention est particulièrement actif, ainsi les moindres sens du patient sont en alerte
  • Le réseau qui concerne la réflexion personnelle, celui de la ligne médiane, est actif
  • La zone qui définit les choses bonnes pour nous, la zone amygdalo-insulaire, est aussi activée

Les zones activées vont permettre au cerveau d’être plus souple, plus adaptable, et de pouvoir se modeler en fonction des suggestions exprimées. Ainsi, un changement pourra s’opérer.

Grâce à ces images, on comprend aussi que le cerveau est plus ouvert en état d’hypnose, que nous pouvons dépasser nos limites habituelles, mais que le danger n’est pas permis. Le cerveau ne nous laissera pas faire n’importe quoi sous prétexte que nous sommes en transe hypnotique.

Hypnose dans les interventions

Si elle est de plus en plus utilisée dans les interventions, l’hypnose est aussi pratiquée par les urgentistes du Samu et les pompiers pour secourir les victimes en détresse.

Premièrement, l’hypnose va permettre de réduire le stress et l’angoisse des patients pris en charge. En effet, dans un contexte d’urgence vitale, où le moindre bruit est source d’angoisse, l’hypnose peut être particulièrement bénéfique pour apaiser les patients.

On pourra aussi utiliser cette technique pour réduire la douleur. Par exemple, lors d’un infarctus, au lieu d’injecter de la morphine, il peut être utile d’hypnotiser le patient est ainsi éviter l’administration de médicament.

L’hypnose conversationnelle est donc très utilisée, et permet d’éloigner le patient de sa douleur et de son angoisse. Le but étant que tout se passe au mieux.

De nombreux urgentistes et pompiers sont convaincus des bienfaits de l’hypnose et la proposent de plus en plus à la population qu’ils prennent en charge. Le stress des interventions est réduit, tout comme la consommation d’antalgiques. 

Bien évidemment, l’hypnose ne va pas se substituer aux gestes classiques du secourisme, ce sont seulement des techniques verbales, gestuelles, respiratoires, qui visent à apaiser la douleur et l’anxiété.

Hypnose pour les femmes 

Troubles de la fertilité

Avant même de tomber enceinte, l’hypnose peut vous aider à combattre vos troubles de la fertilité. En effet, l’intervention de fécondation in-vitro peut être source d’angoisses importantes pour la femme, et l’hypnose peut parvenir à la détendre afin que tout se passe au mieux.

Après une confirmation de résultats médicaux négatifs, l’infertilité peut aussi être d’ordre psychologique. La pratique de l’hypnose peut ainsi aider à lever des blocages pour ainsi mieux être en accords avec son corps et esprit. 

Femmes enceintes

L’hypnose est souvent utilisée chez la femme enceinte. Les séances d’hypnose vont permettre à la future maman de développer de la confiance en elle et de se reconnecter à son corps grâce à de la relaxation associant l’imaginaire, la poésie et la visualisation positive. L’hypnose va également permettre de gérer les différents maux de la grossesse comme le mal de dos, les vomissements, et les différentes douleurs.

Pour une femme qui souffre de déni de grossesse, la séance d’hypnose, permettra de diminuer le sentiment de déculpabilisé et développer de la confiance en soi,  pour permettre de prendre conscience de la grossesse et d’accueillir le bébé du mieux possible. Votre esprit ainsi libéré, la nature reprendra ses droits.

Hypnose prénatale

L’hypnose prénatale, aussi appelée l’hypnonatal, est une méthode d’hypnose qui prépare à la naissance en alliant détente corporelle et apaisement psychique. Elle se base sur les méthodes Ericksoniennes. L’objectif est que la femme enceinte atteigne un état profond de relaxation pour accéder à un état de conscience modifiée. Ainsi, elle parviendra à ressentir et à comprendre les moindres sensations de son corps, et à réduire ses angoisses de l’accouchement en remplaçant les idées néfastes par des images positives.

L’hypnonatal va aussi permettre à la future maman de visualiser entièrement l’accouchement pour se préparer au jour J, et ainsi gérer au mieux les contractions, les douleurs et le stress.

Hypnose et dépression post-partum

2 à 8 semaines après l’accouchement, une dépression post-partum peut s’installer. Elle est généralement dans la continuité du baby blues, qui survient entre le 3e et le 6e jour après l’accouchement et qui implique un sentiment de dépression, de la fatigue, une tension et une envie de pleurer sans raison. Ces sentiments sont présents suite à une prise de conscience du corps qui a changé au cours de la grossesse, mais aussi une prise de conscience de la charge de responsabilité, ce qui entrainera une charge mentale dite de « syndrome des femmes épuisées ».

La dépression post-partum induit des symptômes dépressifs et anxieux : céphalées et douleurs abdominales, humeur inconstante, découragement… Le symptôme le plus important étant la phobie d’impulsion : la maman a peur de perdre le contrôle de ses actes, et de commettre des gestes dangereux pour elle-même ou son bébé.

Pour traiter la dépression post-partum, l’hypnose peut permettre d’aider à sortir de ce passage de mal être en retrouvant un équilibre et un épanouissement dans son rôle de maman et de femme.

Hypnose Gériatrique

L’hypnose peut être aussi bénéfique chez les personnes âgées,quel que soit l’âge et même si des troubles cognitifs sont déjà installés.

Outre les médicaments, qui sont fréquemment inadaptés, voire nocifs pour les organismes des personnes âgées, l’hypnose peut être une technique particulièrement efficace pour les résidents d’EHPAD et de maison de retraite.

L’hypnose va donc ainsi trouver toute sa place dans les traitements gériatriques, en complément, voire même en remplacement de certaines techniques, et notamment des médicaments. Elle permet ainsi d’éviter les effets secondaires indésirables, qui peuvent se révéler très délétères au sein d’une population âgée qui souffre souvent de maladies associées.

Bien évidemment, comme nous l’avons vu précédemment, l’hypnose sera utilisée avant une intervention au bloc opératoire ou pour la prise en charge de la douleur chronique. Toutefois, elle ne se limitera pas qu’à ça, puisqu’elle permettra aussi d’accompagner les patients souffrants de syndromes comportementaux et de démence. Les symptômes pouvant être traités, voire réduits, seront : l’agitation, l’agressivité, la dépression, l’anxiété, la désinhibition, les troubles du sommeil, les troubles du comportement, les hallucinations, etc.

L’hypnose peut aussi favoriser la rééducation fonctionnelle de la marche, la relaxation pour les patients atteints de la maladie de Parkinson, et l’aide au retour aux souvenirs agréables pour ceux atteints d’Alzheimer.

L’accompagnement des patients en fin de vie est important pour soulager au mieux leurs douleurs et qu’ils puissent passer leurs derniers moments en étant apaisés et sereins.

Hypnose et sport

L’hypnose peut aussi être utilisée dans la pratique sportive, et notamment pour les compétitions. 

L’hypnothérapeute va ainsi enseigner à l’athlète à contrôler ses pensées intérieures pour lui éviter de développer des pensées négatives et autodestructrices. Le stress va majorer les pensées négatives et l’hypnose va donc apprendre aux athlètes à modifier leurs pensées et comportements au moment voulu. 

Lors des entrainements, l’athlète visualisera ainsi ses exploits et la façon dont il surmontera les difficultés et obstacles qui se présenteront à lui. La réalisation d’ancrage est nécessaire pour développer les performances mentales. L’auto-hypnose pourra être aussi utilisée juste avant la compétition, pour détendre l’athlète et l’aider à se concentrer sur son objectif sans qu’aucune distraction n’interfère.

École pour se former

À la faculté

La faculté de médecine de Paris VI, université de Lyon, Lille, Nantes et d’autres proposent un diplôme universitaire d’hypnose médicale. L’enseignement se déroule généralement sur une année proposant une formation à l’utilisation de l’hypnose en médecine et à l’hypnose-analgésie.

Pour les professionnels

Pour les professionnels, différentes formations complémentaires existent, notamment en ce qui concerne la communication hypnotique, les différents techniques et inductions, l’hypnoanalgésie, l’accompagnement en soins palliatifs, etc. Les cours théoriques sont agrémentés d’exercices pratiques, et sont répartis en six journées dans l’année.

École Arche

L’école A.R.C.H.E a été créée en 2002 par Kevin Finel. Sa mission est de proposer des formations d’hypnose de haut niveau. L’équipe pédagogique est constituée d’experts dans leur domaine et vous bénéficiez d’une suivi personnalisé. L’école, en plus de dispenser des formations, est également un centre de recherche.

Le cycle 1 proposé par l’école se compose de quatre formations :

  • Technicien niveau 1 :7 journées pour apprendre les bases essentielles à la compréhension et à la technique de l’hypnose moderne.
  • Technicien niveau 2 : 8 jours pour acquérir les outils qui permettent de bien maîtriser les différents aspects techniques de l’hypnose.
  • Praticien niveau 1 : 7 jours pour développer une méthode d’accompagnement précise, une bonne capacité d’adaptation en tant que futur praticien en hypnose et des techniques hypnotiques approfondies.
  • Praticien niveau 2 : 8 jours pour maîtriser des processus hypnotiques et conduire des séances plus fluides et plus profondes.

Vous pouvez aussi retrouver différentes formations complémentaires et de spécialisation lorsque vous avez complété le cycle 1 : l’hypnose conversationnelle, psychopathologie, neuroscience pour l’accompagnement, hypnose et sport, hypnose et enfance, hypnose périnatale, analyse comportementale.

Le prix de la formation complète du cycle 1 est de 4700 € et vous pouvez y assister dans différentes villes en France (Nice, Paris, Aix-en-Provence, Avignon), mais aussi au Canada ou en Suisse.

D’autres écoles

L’Institut Français d’Hypnose Humaniste et Ericksonienne IFHE, fondé par Olivier Lockert. La formation d’hypnose est de 5 000 €, basée en France et à l’étranger. L’école propose en complément, des modules de professionnalisation pour la perte de poids, le tabac, l’enfant et l’adolescent.

Psynapse est fondé par Virginie et Philippe Vernois. Cette école est présente dans différentes villes de France et plusieurs pays. La formation d’hypnose est de 2 748€. Des formations complémentaires sont possibles comme l’anneau gastrique, la sexothérapie…

Comment choisir son école

Choisir son école est bien évidemment une décision qui vous appartient. Toutefois, veillez à ne pas négliger certains points. Notamment en ce qui concerne l’éthique et les valeurs dispensées par l’école. Elles se doivent d’être dans le respect total des pratiques et des patients. L’école doit également veiller au bien-être de ses élèves et être disponible pour répondre à leurs questions ou leurs doutes.

Si vous êtes un praticien en devenir, n’hésitez pas à consulter les sites Internet des différentes écoles que nous vous avons proposées, vous trouverez sûrement votre bonheur.

Comment choisir son hypnothérapeute

Trouver un hypnothérapeute compétent n’est pas forcément difficile, toutefois ce dernier se doit de respecter divers engagements déontologiques et éthiques. 

Voici une liste non exhaustive des principes déontologiques et éthiques que le praticien doit respecter :

  • Le respect des droits fondamentaux (dignité humaine, respect de la vie personnelle)
  • La moralité, la probité et l’humanité
  • Le secret professionnel (général et illimité dans le temps)
  • L’intérêt du client
  • La clause de conscience
  • Le principe de non-discrimination
  • La possession d’un diplôme

Comme nous avons pu le voir tout au long de cet article, l’hypnose est une discipline particulièrement vaste et complexe. Elle peut s’utiliser dans une multitude de situations et est indiquée pour tout type de population (adulte, enfant, personnes âgées, sportifs, femmes enceintes…), car il existe très peu de contre-indications.

Différents types d’hypnose existent, mais retenez qu’ils sont tous efficaces pour une prise en charge adéquate à vous et vos problèmes. 

Pour finir, n’oubliez pas que l’hypnose est différente des autres techniques dites de « médecine douce », mais aussi de l’hypnose de spectacle !

Si vous êtes dans une démarche de découverte, de souhait de vous libérez de vos blocages, ou améliorer vos capacités, l’hypnose est un outil formidable pour avancer dans la vie et réalisez vos rêves.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

2 personnes ont déjà voté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *